Seules quelques techniques complémentaires entre elles, ou mieux adaptées à des typologies et à des tailles de projets spécifiques, différencient les méthodes Agiles (y compris ASD ou Crystal Clear).

Les pratiques différenciatrices les plus marquantes sont :

  • La méthode DSDM se particularise par la spécialisation des acteurs du projet dans une notion de « rôles ». Ainsi, l’on trouvera dans les réunions DSDM des sponsors exécutifs, des ambassadeurs, des utilisateurs visionnaires, des utilisateurs conseillers, sans oublier l’animateur-facilitateur et des rapporteurs.
  • La méthode Scrum affirme sa différence dans des pratiques de courtes réunions quotidiennes (Stand-Up meeting). Ces temps de travail commun ont pour objectifs d’améliorer la motivation des participants, de synchroniser les tâches, de débloquer les situations difficiles et d’accroître le partage de la connaissance.
  • Pour FDD, la particularité nommée Mission focused réside dans une forte orientation vers un but immédiat mesurable guidé par la notion de valeur métier. C’est en fait l’ambition globale d’une itération qui se trouve ainsi renforcée. Cet aspect se retrouve aussi dans la méthode RAD sous la forme des objectifs de Focus ou dans Scrum dans la notion de Sprint. FDD préconise aussi le Features Driven Development. Cette technique se caractérise par des notions de Feature et de Features set (fonctionnalités et groupes de fonctionnalités). La priorité est donnée aux fonctionnalités porteuses de valeur. Le RAD propose des techniques proches : livraison en fonctionnalité réduite ou livraison par thèmes.
  • XP (extreme programming) est très axé sur la partie Construction de l’application. Une de ses originalités réside dans l’approche de planification qui se matérialise sous la forme d’un jeu intitulé Planning game et qui implique simultanément les utilisateurs et les développeurs. On notera aussi des techniques particulières liées à la production du code comme la programmation en binôme (Pair programming), l’appropriation collective du code, la Refactorisation (refactoring) et l’ Intégration continue. La méthode RAD préconise dans ce sens des revues de code personnelles, puis collectives et l’intégration avant chaque Focus (ou Show). Par contre, le RAD limite la programmation en binôme aux parties les plus stratégiques.